lundi 29 mai 2017

Chapitre 3: Traduire ou comprendre

3. TRADUIRE OU COMPRENDRE

Écrire tordu pour épargner des mollusques ? Merci bien. Ce qu'il ne faut pas dire, c'est peut-être justement ce qu'il faut écrire.
Léa BELMONT (in Nuit gravement au salut, Henri-Frédéric Blanc)

Je nous épargnerai mes vingt-cinq ans d'expérience dans le domaine peu gratifiant de la traduction technique non assermentée pour passer directement à celui de la traduction littéraire. Ces derniers temps, j'ai surtout pris conscience que le grand public ignore la plupart du temps en quoi consiste réellement le travail quotidien des milliers de traducteurs en langue française qui constituent l'armée, désorganisée et indisciplinée certes, mais indispensable à la diffusion des cultures Autres chez nous.
C'est pourquoi j'ai décidé de lever un pan du voile ; un vaste pan, à vrai dire. Nul doute que cela me vaudra une crucifixion en règle. Entre nous (je m'adresse au public), cela ne changera rien à ma situation actuelle ; autant entériner la décision générale et accomplir les actes pour lesquels ledit milieu m'a déjà condamné.

vendredi 19 mai 2017

Il était une mauvaise foi: Chapitre 2

2. POURQUOI SONT-ILS SI MÉCHANTS puisqu'ils ne sauraient être aussi cons ?

Notre Maison publie des livres de cuisine rapide pour célibataires pressés, des contes pour enfants fabriqués à la chaîne par des pédagogues professionnels, des polars flottants pour lire dans la baignoire, des guides de voyage si précis qu'ils donnent envie de rester à la maison, des micro-classiques pour se cultiver pendant les embouteillages, des best-sellers écrits par des ordinateurs, des essais sponsorisés, des encyclopédies de poche, des poèmes d'hominiens politiques, des réflexions philosophiques d'animateurs télé, des confessions d'évêque véreux, des beaux livres sur les perroquets, les dessous coquins, les étiquettes de fromages, les orchidées et les pantoufles... Nous pourrions nous passer de Littérature, ce qui est une option sérieusement envisagée. Le cheval n'a pas besoin de sa queue. D'ailleurs, dans les vestiges de notre département littéraire, nous avons de grands défunts à exploiter, des écrivains délicieusement morts qui ne demandent qu'à bien marcher. Les morts, c'est toujours très vendeur, encore plus que les jolies femmes. Si nous gardons quelques vivants, c'est pour que notre catalogue ne ressemble pas trop à un ossuaire.
Henri-Frédéric BLANC, Nuit gravement au salut

mardi 2 mai 2017

Il était une mauvaise foi: Chapitre 1

Il était une mauvaise foi..

(quinze ans dans les soutes de l'édition française)

 
Il est temps qu'un texte de loi

Prive les éditeurs de leurs droits

Puisqu'on fourre en prison les souteneurs ordinaires.

Et encore... eux... leurs putains les aiment.
Boris VIAN

 

1. ÉTAT DES LIEUX

Tu sais où tu peux te les mettre, tes Cachou, Karpov ?
Bob SAINT-CLAR


1.1 DE LA MISÈRE EN MILIEU ÉDITORIAL

Vous venez d'entamer la lecture d'Il était une mauvaise foi. Vous ne le lisez pas par hasard. Vous ne lisez jamais rien au hasard ; c'est trop "risqué". Il y a tant de livres publiés, de nos jours ; on a d'autant plus de chances de tomber sur un "mauvais". C'est ce que vous vous dites.